La Confrérie de la Belle Aurore™ inspirée par l’aphorisme de Brillat Savarin :
“La découverte d’un mets nouveau fait plus pour le bonheur du genre humain que la découverte d’une étoile”.

Présidée par Aurore Monot-Devillard (propriétaire viticole de plusieurs domaines en Bourgogne) et avec comme parrain et marraine Pierre Hermé (élu meilleur patissier au monde en 2016) et Catherine Roig (rédactrice en chef adjointe Cuisine-Déco-Tourisme au journal ELLE), la Confrérie de la Belle Aurore est une association d'acteurs qui aura comme ambition de remettre en exergue des recettes oubliées ou historiques qui concourent toutes à la richesse de l’art culinaire français.

 

A commencer par l’Oreiller de la Belle Aurore, remis à la carte du Gallopin en Octobre 2016 à l’occasion des 140 ans de la Brasserie.
C’est une délicieuse recette de pâté en croûte en forme d’oreiller. Elle doit son nom à la mère de Brillat Savarin, Claudine Aurore Récamier, à qui elle a été dédiée.

L’Oreiller, fait de farces, au gré des saisons et des arrivages, est un plat qui appartient au patrimoine gastronomique français et rares sont les chefs qui de nos jours osent se lancer dans sa réalisation.
Cette recette est l’archétype de ce que la Confrérie de la Belle Aurore a comme ambition de faire renaître.

Constituée d’une trentaine de membres, tous choisis pour leur amour de la bonne cuisine, la Confrérie de la Belle Aurore se réunira 2 fois par an à la Brasserie Le Gallopin autour d’un dîner découverte élaboré par un chef, qui à chaque fois aura comme mission de faire redécouvrir un plat, un dessert ou même un vin oublié qui font partie de la tradition culinaire française.

 

Le premier dîner de la Belle Aurore a eu lieu en Décembre 2016 :

Longue vie à cette Confrérie
qui aura de cesse d’appliquer pour ses membres cette autre citation de Brillat Savarin :

“Convier quelqu’un, c’est se charger de son bonheur tout le temps qu’il est sous notre toit”.